150 ans de Replique montres Zénith ou les tribulations d’une étoile horlogère

À travers cette « saga d’une manufacture horlogère étoilée » qui paraît aux éditions Albin Michel, c’est toute la conquête de l’industrie Swiss Made qui défile sous nos yeux. Le beau livre coffret de 448 pages richement illustrées de 650 gravures, décors Art nouveau, photos et publicités, se lit dans sa première partie comme un roman de Jules Verne. Et son auteur, Joël Duval, prend un plaisir manifeste à retracer 150 ans d’une aventure commencée par la volonté d’un seul homme, Georges Favre-Jacot, entrepreneur dans l’âme, touche-à-tout visionnaire, développeur, exportateur dès la fin du XIXe siècle en Chine, en Russie, en Turquie, « pays réputé pour sa consommation sans cesse renouvelée d’objets de luxe ».

LXRV BEAU LIVRE MONTRES ZENITH SAGA MANUFACTURE HORLOGERE ETOILEE MONTRES LUXE ALBIN MICHEL GEORGES FAVRE JACOTLa marque Zénith Replique est déposée officiellement le 12 mars 1897 donnant naissance à un calibre du même nom en 1899, juste à temps pour l’exposition universelle de 1900 organisée à Paris. L’étoile horlogère accélère sa course au-delà des océans, parcourt l’Europe, la Chine, la Mandchourie, le Japon, les deux Amériques, les îles Philippines, les Indes anglaises et néerlandaises… Une épopée d’abord menée au rythme des berlines à cheval, puis des machines volantes et à vapeur, ferroviaires et navales. En 1902, « la montre Zénith est dans le monde entier et en toutes les langues présentée comme étant par excellence la montre de l’heure exacte ».

L’expansion américaine fait entrer la société dans les temps modernes de la négociation salariale, de la production auditée et de la communication organisée. Sur fond de crise, le créateur historique passe le flambeau en 1911 à son neveu Jämes Favre. Replique Zénith invente rapidement ses premiers chronographes et sa première grande complication. Pendant la Première Guerre mondiale, l’entreprise participe à la reconversion forcée de toute l’industrie horlogère suisse dans la fabrication de munitions pour les alliés.

Les décennies suivantes feront vivre aux montres Replique Zénith autant de pics créatifs et commerciaux que d’instants cruciaux, l’obligeant par plusieurs fois à se soumettre à la loi des banquiers. Dans les ateliers, les horlogers n’oublient cependant jamais leurs fondamentaux. Et quand le quartz souffle le vent du chaos, ils développent quand même leur premier calibre de chronographe automatique, El Primero, lancé le 10 janvier 1969.

LXRV BEAU LIVRE MONTRES ZENITH SAGA MANUFACTURE HORLOGERE ETOILEE ALBIN MICHELQuelques années plus tard, c’est un horloger maison, Charles Vermot, qui prend la décision salutaire d’entrer en résistance contre le nouvel actionnaire majoritaire américain, Zenith Radio Corporation. Il décide, sans l’accord de sa hiérarchie, de protéger les cames, les outils de coupe, les étampes, les petites machines et les plans servant à la fabrication des mouvements El Primero. C’est sur ce calibre entré en clandestinité que s’appuiera Rolex Replique pour moderniser celui de sa montre Daytona. Grâce à ce contrat d’une durée de 10 ans, la marque étoilée, redevenue suisse depuis 1978, retourne enfin au firmament dans les années 1980. Les modèles Rainbow, puis Chronomaster, qui voient le jour, vont chasser progressivement le quartz, « un passé que la manufacture veut faire oublier ».

L’arrivée du groupe LVMH, en 1999, achève de rajeunir « la belle endormie » en repositionnant la marque sur le marché du très haut de gamme. « Repoussant les limites de la technique et défiant toutes les certitudes, Zénith donne au El Primero une rattrapante, un quantième perpétuel, une date rétrograde, un tourbillon, une répétition minutes, une foudroyante… démontrant qu’une histoire n’est jamais terminée tant que des hommes en ont décidé autrement » écrit Joël Duval qui déroule ensuite le catalogue raisonné de créations n’ayant plus que l’imagination comme limite à leur innovation. Dès lors, les collections accueillent des matériaux de haute technologie tels que le Zenithium, la fibre de carbone, le Titane grade 2 noirci, le TR90 composé hérité de l’industrie spatiale qui donne de la transparence aux cadrans…

LXRV BEAU LIVRE MONTRES ZENITH SAGA MANUFACTURE HORLOGERE ETOILEE PIECES EXCEPTION DEFY ETREM ET TOURBILLON CONCEPTEn 2008, le calibre 8800 Zero G surprend la planète horlogère. Deux ans plus tard, la manufacture se met en tête de recenser les récompenses de chronométrie reçues depuis ses débuts, 2.333 au total. Elle offre aussi une nouvelle modernité à d’anciens noms de modèles témoignant d’un savoir-faire développé pour des Replique montres d’aéronefs et pour leurs héros pionniers : Pilot, Captain…

LXRV BEAU LIVRE ALBIN MICHEL MONTRES ZENITH SAGA MANUFACTURE HORLOGERE ETOILEE PIECE EXCEPTION EL PRIMERO STRATOS STRIKING 10TH FELIX BAUMGARTNERCette année-là, Zénith décide d’accompagner l’Autrichien Felix Baumgartner dans sa mission Stratos. Sa chute libre d’une altitude de 36.000 mètres soumet son modèle El Primero Stratos Striking 10th à la vitesse du son. Un exploit réalisé en prise directe avec l’extérieur.

Les montres Zénith étaient déjà montées à bord des premiers Zeppelin ou avions. L’une d’entre elles avait même accompagné Louis Blériot lors de sa traversée de la Manche en 1909. Cent ans plus tard, c’est une pièce d’exception Christophe Colomb qui s’offre le luxe de résoudre l’équation du temps, comptabilisant le nombre de minutes qu’il faut ajouter ou retrancher pour connaître l’heure solaire véritable. La précision absolue à portée de main : « le rêve ultime de dix générations d’horlogers devenue réalité ».

Luxe Revue

Laisser un commentaire

Fermer le menu